Exemple de traitement de RAW

 

Le format RAW mémorisant davantage de données que JPG, on peut espérer, à partir d'un seul cliché, générer plusieurs JPG différents. Comme par exemple un pour les valeurs moyennes d'exposition, et un autre pour les hautes lumières, voire encore un autre pour les ombres. On exploitera pour cela les possibilités d'un logiciel sachant lire le format RAW employé (rappelons qu'il en existe plusieurs centaines, selon les fabricants d'appareils numériques). Dans ces pages, Ufraw est choisi comme sachant en lire de nombreux et aussi pour son articulation avec Gimp.
Voici un exemple de traitement d'une image RAW (le village belge de Poupehan) où cohabitent une zone d'ombre et une zone bien lumineuse. Il s'agit d'aller rechercher de la clarté dans l'ombre.

Acquisition d'une première version de l'image depuis le RAW

La méthode que je vous propose pour l'ouverture des fichiers RAW suppose que UFRaw est installé. Dans ce cas il suffit de glisser/déposer l'image depuis son dossier vers Gimp :

Notez que l'affichage des vignettes des RAW dans l'Explorateur de Windows est dûe à l'installation du codec dans Windows (il faut pour cela le télécharger depuis le site du fabricant de votre appareil photo).

Aussitôt le fichier RAW s'ouvre dans Ufraw. Nous avons demandé ici l'ajustement automatique de l'exposition tandis que la balance des blancs est sur "Ombre". Les quelques réglages de dérawtisation utilisés dans ces pages sont précisés ici.

Quand cette première version de l'image convient, cliquez simplement sur le bouton Valider (en bas à droite) pour que Ufraw :

  • génère l'image
  • la communique à Gimp
  • se ferme
 
Acquisition d'une seconde version de l'image

Nous répétons la manoeuvre et, une fois que Ufraw s'est ouvert à nouveau, nous agissons dans ce cas uniquement sur la correction de l'exposition :

La dynamique du fichier RAW nous permet effectivement de ramener des détails depuis l'ombre.

Cliquez à nouveau sur le bouton Valider ...

 Mélange des deux versions de l'image
Et les deux versions de notre image seront présentes dans Gimp sous forme de calques, qu'il nous suffira de mixer à l'aide de masques pour obtenir l'image définitive.